PAGE SUIVANTE   PAGE SUIVANTE

RETROSPECTIVE DES TELECOMMUNICATIONS DES ANNEES 1900 REALISE PAR PAUL POHIER INGENIEUR TELECOM.

  hoose you language POUR ME JOIDRE ppohier2@gemail.comLE MYTHE DU GÉNIAL INVENTEUR

La plupart des publications touchant à la téléphonie commencent par donner la date à laquelle le téléphone fut découvert et le nom du génial inventeur il serait parfois plus judicieux de s'interroger sur la notion d'inventeur que le téléphone fut inventé en 1876 par un nommé Graham Bell orthophoniste de son état. IL est certe pédagogique d'associer à chaque invention une date et un nom unique. Mais cette démarche est-elle pertinente du point de vue de l'historien? Essayons de sortir de ce modèle. Imaginons qu'il n'y pas un seul inventeur mais des (inventeurs)qu'il n'y ait pas une date mais des périodes au cours de laquelle s'élabore et se perfectionne une invention. Enfin il y a des inventeurs que tout le monde connait, issus chacun d'un milieu trés diffèrent Alexander Graham Bell, Elisha Gray. L'histoire veut que les deux hommes aient déposé le même jour, le 14 février 1876 un brevet pour un appareil destiné à transmettre les sons par l'intermédiaire d'un fil électrique le 14 février est donc davantage une date symbolique qu'une réalité historique. Le téléphone ne va prendre son essor qu'avec l'exposition de Philadelphie de juin 1876.

L'ORIGINE DES TÉLÉPHONES EN FRANCE 1876/1914 La société Générale des Téléphones la nouvelle compagnie se retrouvait dans une situation de monopole. Elle possédait l'essentiel des brevets liés à la téléphonie ou à l'exploitation de réseaux téléphoniques et était la seule à disposer d'une concession, valable jusqu'en septembre 1884. Elle disposait enfin d'un capital important.Une seule chose lui manquait des ateliers de construction électrique dignes de ce nom. Dans la pratique, les téléphones n'étaient guére utilisés sur des distances supérieures à 10-15 kms. Les possibilités techniques du téléphone allaient rapidement évoluer. Quelques mois après la privation du téléphone, les progrès étaient tels qu'on pouvait envisager son utilisation pratique sur une distance de l'ordre de la centaine de kms. DOCUMENT EXTRAIT DU JOURNAL SUISSE OBJECTIF REUSSIR Le téléphone, à travers les âges, a conquis ses lettres de noblesses. Sa découverte est presque un accident. La légende veut qu'en menant des recherches sur une oreille artificielle pour des sourds, Graham Bell découvre par hasard le principe du téléphone. Bruno Le Boul'ch Il est vrai que les résultats extraordinaires de G. Bell en matière de communication et de rééducation avec des malentendants ne sont pas usurpés (reprise du « visible speech » mis au point par son père). Mais la vérité est tout autre; G. Bell alors orthophoniste (professeur en physiologie de la voie et de l'ouie au MIT de Boston, on parlerait de physio-acoustique de nos jours) travaillait effectivement sur la communication visuelle et sur des appareils vibratoires, appliqués directement sur le lobe temporal de l'oreille des sourds. Mais, ce découvreur était surtout engagé dans une terrible course contre la montre et contre son adversaire de toujours, E. Gray. Les travaux du premier sur les fréquences de diapasons communiquées aux sourds, vont lentement l'orienter vers la « télégraphie harmonique »

Les grandes compagnies de télégraphe américaines, achètent alors à coup de milliers de dollars des brevets permettant le multiplexage des messages télégraphiques sur une seule ligne. Les recherches coûtent très cher et, les seuls mécènes sont les compagnies de télégraphe. Le 2 juin 1875, lors d'une démonstration de télégraphie multivoie à Boston, un incident technique alerta la sagacité de l'inventeur. La reconstitution de l'incident et l'analyse des causes du problème vont l'amener à découvrir les principes du téléphone. E. Gray se trouve également au seuil de la grande découverte. Sous la pression de ses commanditaires, G. Bell dépose hâtivement un brevet le 14 février 1876, alors que ses expériences ne sont pas concluantes :

Monsieur Bell, nous craignons que E. Gray ne vous coiffe au poteau. Le brevet sera validé par le Bureau fédéral des inventions de Washington, le 3 mars 1876, sous le numéro 174'465. On découvrira que E. Gray avait déposé le même brevet, pour la même invention, au même bureau, mais hélas, deux heures après G. Bell. Malgré l'enregistrement de son brevet, G. Bell se décourage il va même orienter ses recherches vers un autre axe, le téléphone à liquide. Le 10 mars 1876, il tente et réussit une transmission de la parole «Watson, come here I want you» (Watson était le collaborateur de G. Bell ; cette phrase serait historiquement la première téléphonée). Mais, la délicatesse de la mise en oeuvre de cet « émetteur à résistance variable » le fera revenir vers la magnéto-induction. Le téléphone est né, prématuré, enfant du hasard et du génie, ayant une paternité incertaine partagée entre trois pères, G. Bell, E. Gray et T. A. Edison qui menait également des recherches passionnées sur cette invention. Au dire des sommités scientifiques de l'époque, ce gadget n'avait aucun avenir. Souvenons-nous également que, durant les mois d'avril et mai, lorsque G. Bell tenta ses premières démonstrations en public de son téléphone basé sur les courants induits, on le traita de charlatan et, quand il réussit enfin son exhibition début juin on hurla à la supercherie.

http://geo1.geocompteur.com/private/geocompteur.php?c=136a558ded0c9ebeed65e49183ff8da1

file:///C:/KompoZer%20-%20Copie/geocompteur.png